3G

Collaborative project with Annie Abrahams & Pascale Barret
2018 - x

Point de départ:
Titre: trigonométrie / expression / spéculation sur les angles et distances à partir de trois points de vue, trois entités, trois âges

Constellation (holobiant - point de fuite / l’idéal)

De leurs villes natales respectives, utilisant des outils, des builds, des expressions et des performances différentes, Pascale (Bruxelles), Alix (Lyon) et Annie (Montpellier) plongent dans une série d’échanges et de rencontres en ligne. «Constellation» est une conversation sous la forme d’une séance de 3 x 3 sessions de désir/tempête/lavage cérébraux. «Constellation» est un outil radical pour le (non-)’art.
«Constellation» sera une confrontation attentive entre des générations, des visions et des pratiques. Nous apprendrons.

Chaque instanciation est initiée / hébergée par l’une des artistes comme défi pour les deux autres. Le projet a un caractère anarchival et est archivé sur un site internet.
À propos des transitions précaires, du queer et de l’être avec. A propos des produits chimiques, des ré-actions émotionnelles, de l’im / matérialité, de la non / hyper-localité.

Constellation est devenu Constallations quand elle a intégré Autorama OUDEIS.

Pourquoi écrire une méthodologie, un “comment faire” ?

Pourquoi tenter d’extraire l’essentiel d’une expérience ? La réponse nous semble simple: pour que son énergie et son potentiel ne se fige pas, ne se dissipe pas, mais puisse être réinvesti. La méthodologie est aussi une décortication : l’écrire permet de se rendre compte des différents processus et mécanismes utilisés, expérimentés.

“… plus nous nous faisons face et testons-partageons ensemble, plus nous prenons confiance et enrichissons l’expérience en allant plus loin. Plus on va loin, plus on se met à nu et plus il faut se faire confiance, en réalisant l’effet que le rire peut avoir sur les autres : en riant et essayant de rire, en se forçant à rire, en souriant, en ricanant, en pouffant, en explosant de rire, on se retrouve à envoyer et recevoir beaucoup d’intentions. C’est un rapport frontal et émotionnel avec l’(in)expérience : Il n’y a que le filtre de la spontanéité entre nous et les autres.”



Collaboratrices :

Annie Abrahams (1954), artiste et performeuse, étudie les possibilités et les limites de la communication dans les conditions du réseau.

Pascale Barret (1975), artiste queer éco-féministe visuelle, sonore et performante, utilise des médias tangibles, virtuels, scientifiques, magiques et historiques pour aborder les problèmes de trans-identités.

Alice Lenay est artiste chercheuse. Elle s’intéresse aux apparitions de visages sur écran, la question de la rencontre et de l’être-ensemble au sein des environnements médiatiques.

Carin Klonowski est artiste, chercheuse et commissaire d’expositions, qui poursuit son travail de plasticienne et de chercheuse au sein de la Coopérative de recherche, à l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole.

Gwendoline Samidoust est plasticienne. Elle s’intéresse via la pratique de l’installation à la question de la construction du regard: des codifications culturelles ou sociales quelles sont les formes qui la prédéterminent, l’enserrent, qu’est ce qui nous permet de voir autrement ?


XD,^_^,:3,:-D

12 oct. 2019 18h45, ENSAD, Montpellier.
Une proposition de 3G(enerations) dans le cadre du festival Magdalena Montpellier.
Alice Lenay, Carin Klonowski , Gwendoline Samidoust, Pascale Barret, Annie Abrahams et Alix